#3 ENGAGEMENT - Défendre la valeur réelle de nos actes dans la réforme de la nomenclature

La loi Buzyn de 2019 (« Ma santé 2022 ») a prévu une mise à jour des nomenclatures et classification générales des actes professionnels (actes techniques).

Selon la loi, ce chantier associera les professionnels de santé, les sociétés savantes, la HAS, l’Etat pour la liste des produits et prestations et l’Assurance Maladie pour la nomenclature des actes professionnels. Un Haut Conseil des Nomenclatures a été créé fin 2019 à cet effet.

Le projet de réforme de la nomenclature des actes médicaux et chirurgicaux va être lancé lors de la prochaine mandature. Une commission va travailler pendant 5 ans sur la révision de l’ensemble de la nomenclature des actes médicaux (CCAM) et de la nomenclature générale des actes professionnels (NGAP).

Cette réforme est un enjeu considérable puisqu’elle consiste à réactualiser l’ensemble de la nomenclature à partir de la réalité des coûts de la pratique actuelle, ce qui signifie la prise en compte de toutes les innovations technologiques et organisationnelles des dernières années.

La qualité de notre exercice va être directement influencée par les résultats de cette réforme.

Notre alliance AVENIR SPÉ – LE BLOC connaît parfaitement cette question, souvent très technique. Nous serons présents dans tous les groupes de travail et veillerons à garantir une valorisation optimale de la valeur des actes et qu’aucune spécialité ne soit oubliée.

Sur ce thème comme sur bien d’autres, la force de l’Union syndicale AVENIR SPÉ – LE BLOC réside dans notre capacité à défendre spécifiquement les intérêts des spécialistes libéraux.

Face à un hospitalo-tropisme public et un virage ambulatoire qui considère en priorité les médecins généralistes et les paramédicaux, il est indispensable qu’un syndicat soit dédié à la défense exclusive des spécialistes libéraux qui ont un rôle déterminant dans les soins primaires et secondaires.